Comment combattre le stress ?

 

Les approches que je développe au cabinet :

Avant toute chose - et désolé pour celles et ceux qui pensent que tout peut changer en employant une technique particulière - il n’y a pas une méthode miracle pour combattre le stress mais des outils efficaces qu’il convient de mettre en place régulièrement et assidûment et qui, en situation, vous permettront de faire face et de gérer positivement vos stress et émotions.

C'est la raison pour laquelle, en fonction des besoins, des personnalitésdes attentes, j’emploie différentes approches (réflexologies, acupression, chromothérapie, massages et Tui Na en font partie) y compris certaines techniques psycho-corporelles ; le but premier étant de permettre à celles et ceux qui consultent de gagner en autonomie et de travailler chez eux sur :
.

  • L'équilibre alimentaire

Des conseils simples et de bon sens  !

L’alimentation joue un rôle important dans la prévention et la lutte contre le stress. De nombreuses études ont trouvé qu’un supplément de vitamines et/ou minéraux a des effets bénéfiques sur le stress.
Par exemple, tel supplément donné pendant 28 jours à 150 adultes améliore significativement la perception du stress et diminue l’anxiété par rapport à un placebo. » (A double-blind, placebo-controlled, double-centre study of the effects of an oral multivitamin-mineral combination on stress. S Afr Med J. 2000)
Les oméga3, antioxydants, vitamines B, vitamine C, oligoéléments & minéraux sont donc de précieux alliés.

.

  • La respiration fonctionnelle et les centrations respiratoires

C'est dans le cadre des soins que je mets en place cette base.

En effet, de nombreuses personnes respirent « mal », n’utilisant que la partie « haute » des poumons. Par ailleurs, en situation de stress, la respiration devient rapide et saccadée.
La respiration est le premier moyen mis à notre disposition pour agir directement sur le système nerveux, donc sur notre psychisme. Il convient alors de mettre en place des exercices respiratoires simples qui, pratiqués le plus souvent possible, induiront des détentes de plus en plus rapides.
.

  • La cohérence cardiaque et émotionnelle

J'utilise un logiciel et des matériels informatiques et sensoriels Symbiofi.
Le principe est simple : par la respiration l'influence sur les battements cardiaques permettrait de mieux contrôler son cerveau. Lorsqu'on est confronté à une situation stressante, si l’on est contrarié ou en colère, le cœur s'emballe, les battements deviennent irréguliers.
Le cerveau envoie un message au cœur qui réagit en conséquence. Il impacte donc directement notre rythme cardiaque mais la réciproque est vraie : le cœur lui aussi peut influer sur notre cerveau. En respirant calmement et donc en contrôlant son rythme cardiaque, le cerveau permet une meilleure régulation du système nerveux autonome (neurovégétatif).
.

.

  • La relaxation progressive par la méthode de Jacobson

Je propose cet "entraînement" en cabinet et l'objectif est de former les sujets à cette approche afin qu'il soit autonome au niveau de ce protocole très pertinent et qu'ils puissent le répliquer chez eux.
Pour Jacobson, il existe un lien entre les émotions et le degré de tension musculaire, en agissant, réduisant sur ces tensions musculaires, on agit, on diminue les tensions psychiques.
La méthode consiste à contracter puis à relâcher un groupe de muscles déterminé, et de poursuivre l'exercice avec d'autres groupes musculaires, dans un ordre prédéterminé et de façon progressive.
C’est ce que l’on appelle de la relaxation active.
.

  • Le training autogène de Schultz

C'est également un "entraînement" ; il est très souhaitable que la personne s'approprie ce protocole simple afin de le mettre en place quotidiennement chez elle.
Il s’agit d’une technique de relaxation profonde, proche de l’auto-hypnose, basée sur la suggestion et la concentration.
Par le biais d’exercices simples : expérience de la chaleur, expérience de la pesanteur, exercice du cœur, exercice de respiration, exercice de la tête, exercice des organes abdominaux (plexus solaire et organes abdominaux), le training autogène amène une détente physique puis mentale, agissant directement sur l‘émotionnel de la personne.
Sa pratique régulière permet une plus grande maîtrise de soi, de son stress, de ses colères.

  • La relaxation sensorielle par la méthode Vittoz

J'utilise fréquemment cette approche (très proche de la sophrologie) car elle est basée sur le principe de rééducation du contrôle cérébral, l’objectif étant de retrouver un équilibre entre les deux fonctions du cerveau : l’émissivité qui est la pensée, le jugement, la critique qui consomme beaucoup d’énergie et la réceptivité qui est la réception de sensations qui repose le mental et donne de l’énergie.
A partir de l’état de veille, on induit une relaxation basée sur les sensations ressenties, puis vient l’état de relaxation profonde grâce à une visualisation (histoire ou conte) puis c’est le retour à l’état de veille, vers un état ressource.
.

  • La communication émotionnelle et empathique

C'est un formidable outil de gestion du stress basé sur une forme de savoir être.

  • Bien des distorsions, mauvaises compréhensions, interprétations sont sources d'un stress immense dans notre quotidien. Cette approche permet d'écouter l'autre différemment et d'avoir une attention particulière sur ce que l'on dit.
  • Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre (Bernard Weber)
  • Les principes de la communication empathique : observer, exprimer ses sentiments, son besoin et demander, permettent de renforcer « notre aptitude à être bienveillant et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant » (Marshall B. Rosenberg).
    Appliquer les techniques de la communication empathique permet d’améliorer les relations personnelles, familiales et professionnelles.

 

 

Que peuvent apporter des séances de gestion du stress et des émotions ?

Sans attendre de traverser une épreuve, la gestion du stress et de ses émotions au quotidien permet d’améliorer la qualité de vie et participe à résoudre certaines problématiques :

• Mieux comprendre et gérer ses émotions
• Ne plus se faire déborder par les émotions des autres
• Retrouver du sens à sa vie
• Retrouver des repères affectifs
• Acquérir une meilleure connaissance et image de soi
• Se reconnecter à ses propres besoins fondamentaux
• Recouvrer une meilleure communication
• Accepter les différences
• Prendre plus de recul sur les choses
• Apprendre ou ré-apprendre à voir du positif dans sa vie
• Gagner en sérénité, en quiétude
• Aider à (re)trouver un calage alimentaire
• Permettre de trouver un sommeil plus récupérateur
• Mieux gérer des douleurs

DES séances sur-mesure

La principale caractéristique d’une séance de gestion du stress et des émotions dans mon cabinet est la personnalisation à vos besoins.
En effet, j'observe  quotidiennement que selon les parcours, les sensibilités, les réceptivités, étant différents d’une personne à l’autre, il est plus bénéfique que je m’attache à choisir une ou plusieurs techniques en fonction de vos attentes et de l'identification de vos besoins, plutôt que d'imposer une approche ou technique particulière...

Etre autonome dans la gestion de son stress et de ses émotions

Les séances se déroulent soit allongé sur une table ergonomique, soit sur un fauteuil de repos, en suivant mes instructions, parfois accompagnées de projection sur écran d'exercices divers.
L’un de mes objectifs étant de vous rendre autonome le plus rapidement possible, la séance s’inscrira toujours dans une certaine pédagogie afin que vous puissiez bien comprendre ce que nous faisons et vous « approprier » la technique.
Dans cette optique, vous pouvez donc être amenés à repartir du cabinet avec des « devoirs », des exercices à faire chez vous, afin que vous puissiez vous exercer sur les techniques apprises. Ainsi, une fois les outils testés et maitrisés, face à une situation de stress dans la vie quotidienne, vous pourrez mieux gérer la crise.

Durée moyenne de la séance 1h

 

 

Gérer son stress pour s’en libérer

Le stress fait partir intégrante de notre vie quotidienne, impossible d’y échapper. Des événements particuliers, des épreuves difficiles, provoquent des stress extrêmes, certaines techniques seront alors de précieux alliés pour passer ces caps difficiles tels qu’un entretien d’embauche ou un licenciement, un examen (professionnel, scolaire, permis de conduire…), une difficulté relationnelle (familiale ou dans le cadre du travail), un déménagement, un divorce, une maladie, un deuil…

Stress ? Mais de quoi parle-t-on ?

Le mot stress vient du latin stringere qui signifie rendre raide, serrer, presser (www.larousse.fr)
C'est une agression contre un organisme vivant ; par extension : réactions biologiques et psychologiques d'un organisme face à une situation nouvelle de quelque origine qu'elle soit, dangereuse ou agréable (Dictionnaire de médecine Flammarion).

Si le stress fait partie de la vie, il est même indispensable, il existe néanmoins un stress positif et un stress négatif.
Un stress positif est une adaptation réussie à une situation donnée qui entraine des réactions positives, une cohérence interne : créativité, motivation, performance, énergie, bien-être, santé…
Un stress négatif est une non adaptation à une situation donnée qui entraîne des réactions négatives, une incohérence interne : perte de créativité, de motivation, baisse de performance, baisse d’énergie, mal-être, maladie…
Si le stress est extrême ou prolongé, il peut devenir dangereux, voire mortel : c’est le burn-out : le corps et le psychisme sont épuisés, ne récupèrent plus.

Le stress, un mal généralisé

Le stress touche de nombreux français, des études ont montré qu’il intervient dans 80 à 90% des maladies, soit comme un facteur aggravant, soit comme un facteur déclenchant. La France est le plus gros consommateur d'anxiolytiques et d'antidépresseurs. Elle détient également le plus grand taux de dépressions liées au travail.
« Le stress fait bien plus de dégâts que l’alcool et le tabac » (David Servan Schreiber)
Les origines du stress ne sont pas les mêmes pour tout le monde, les femmes sont plutôt sujettes au stress chronique lié à la vie quotidienne, tandis que les hommes développent davantage un stress d'urgence.

Origines et symptômes du stress

Trop de choses à faire, trop de choses à gérer, trop de responsabilités, pas assez de temps, pas assez de contrôle, les origines extérieures du stress sont nombreuses, mais elles peuvent également être intérieures, provoquées par nos émotions : anxiété, colère, angoisse...

Le stress peut se manifester par des troubles physiques : maux de tête, mal de dos, insomnie, troubles digestifs, problèmes de peau… ou des troubles émotionnels se traduisant par des manifestations physiologiques : vertiges, nausées, palpitations, difficultés à respirer, contrition de la poitrine, transpiration excessive...

Le stress peut être à l'origine de ce que l'on appelle une une crise d’angoisse (ou attaque de panique) : sur un laps de temps déterminé, quelques minutes ou quelques heures, la personne est submergée par des craintes, un malaises intense, avec au minimum quatre des symptômes suivants, survenant en moins de dix minutes:
• Palpitations, arythmie
• Transpiration,
• Frissons ou bouffées de chaleur
• Tremblements
• Impression d’étouffement, sensation d’étranglement
• Douleur, gêne thoracique
• Nausée ou gêne abdominale
• Sensation de vertige ou d’évanouissement
• Déréalisation (sentiment d’irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi)
• Peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou
• Peur de mourir
• Sensations d’engourdissement

Mécanisme du stress

Hans Selye l’un des pionniers des recherches sur le stress le définit comme le «Syndrome Général d’Adaptation» (SGA) c’est à dire l’ensemble des réactions de défense de l’organisme.

On distingue trois temps (niveaux ou stades mieux non ?) :
1- Phase d’alarme
L’individu sollicite ses ressources internes pour répondre à la demande d’adaptation, de grandes quantités d’énergie sont dépensées. L'organisme subit un état de choc, il s'adapte au traumatisme : accélération du rythme cardiaque, chute de la tension et du tonus musculaire, augmentation de la sudation, dilatation des pupilles...
Conséquence : les tensions et les contractions musculaires augmentent. Troubles digestifs, mal de tête…

2 - Phase de résistance
L’individu s’adapte et s’adapte encore : il résiste. Les réserves d’énergie baissent, le corps ne récupère pas du traumatisme et de la dépense d’énergie, de nouvelles sollicitations le touchent avant qu’il n’ait retrouvé son équilibre.
Conséquences : pathologies fonctionnelles (>>> à détailler), anxiété, somatisations

3- Phase d’épuisement
La situation de stress perdure, l’individu s’épuise, ne s’adapte plus. Le stress s’installe de manière permanente, devient chronique, la personne ne fait plus face.
Conséquences : pathologies fonctionnelles, organiques et psychologiques.

Les conséquences du stress

Au niveau physiologique le stress se manifeste en premier lieu par :
• Fatigue
• Vertiges
• Souffle court
• Maux de tête,
• Problèmes digestifs
• Tensions musculaires
• Problèmes de sommeil ou d'appétit

Mais bien d’autres symptômes physiques peuvent être directement liés aux stress répétés :

• Affaiblissement du système immunitaire
• Spasmophilie
• Troubles cutanés
• Tensions musculaires
• Fatigue chronique
• Trouble du sommeil
• Maladies cardiovasculaires
• Troubles génitaux
• Acidité gastrique
• Désordre endocrinien
• Mal de dos
• Epaules nouées
• Nuque raide
• Céphalées
• Maux de ventre
• Diarrhées
• Constipation
• Difficulté à se relaxer
• Trouble de l’élocution
• Vomissements
• Ulcères
• Allergies

Au niveau comportemental, le stress peut engendrer :
• Absentéisme
• Désorganisation
• Tendance à s'isoler
• Plus de difficulté dans les relations
• Perception négative de la réalité
• évitement des situations exigeantes
• consommation accrue de tabac, de caféine, de sucre, de chocolat, d'alcool, de drogues

Et bien d'autres symptômes sur le plan moral :
• Manque de concentration
• Défaut d’attention
• Agitation
• Excitation
• Impatience
• Irritabilité
• Désorganisation
• Répétition d’erreur
• Pensée confuse
• Angoisse
• Absence du sentiment de bien-être
• Pensées négatives
• Difficulté à trouver ses mots
• Perte de l’estime de soi
• Baisse de motivation
• Hypocondrie
• Trouble de la libido
• Déprime
• Anxiété
• Mal-être général

Heureusement, être submergé par le stress n'est pas une fatalité, il existe des outils efficaces contre le stress qui permettent de mieux gérer son stress et ses émotions.

Cependant l’impact d’un événement ne saurait être estimé par ces seules dimensions, d’autres nombreux facteurs interviennent dans un événement stressant : est-il perçu comme un gain ou une perte, ? Quel niveau de contrôle a-t-on eu ? Quelle responsabilité ? Etait-il prévisible ? Desiré ? Quel âge avait-on au moment de cet événement ?…

A cette multitude de variables s’ajoute les caractéristiques physiologiques, psychologiques des individus, c’est cet ensemble qui déterminera le retentissement d’un événement, sa dimension stressante et conditionnera l’effet pathogène de ce stress.